Uvira (RDC) : des délinquants ou des enfants-soldats démobilisés ?

Version imprimableEnvoyer par email

Étrange affaire à Uvira, deuxième ville du Sud-Kivu (RDC). En effet, un groupe armé, les Forces Armées Alléluia (FAAL) dirigées par le « général » Yakotumba, et son bras politique, le Parti d’action et de reconstruction du Congo (PARC), accusent l’UNICEF et un membre de longue date du RAFAL, l’AVREO, de procéder à de fausses démobilisations d’enfants-soldats. En effet, selon les FAAL et le PARC, ceux-ci auraient « ramassé des délinquants » afin de les faire passer pour des enfants-soldats provenant du territoire voisin de Fizi (où sont implantées les FAAL) dans le but de bénéficier de subventions.

Dans un communiqué daté du 28 février, l’AVREO dément les allégations des FAAL et du PARC et précise que le programme de réinsertion d’enfants-soldats des territoires de Mwenga, Fizi et Uvira prend également en compte d’autres enfants vulnérables sur base de critères précis de sélection. De plus, l’UNICEF ne serait pas impliqué dans ce programme.

Le groupe Yakotumba, qui serait actuellement en voie d’intégration dans les forces armées régulières (FARDC), s’est fait connaître par son alliance avec le groupe armé rwandais des FDLR, de fréquentes escarmouches avec les FARDC, des actes de piraterie sur le lac Tanganyika et des prises d’otages.

Aux dernières nouvelles, l’Auditorat militaire d’Uvira aurait jugé la plainte irrecevable.